Cave de la Brunière, Saint-Léonard (VS)

Le cœur du Valais

Texte: Alexandre Truffer

Innovant en matière d’œnotourisme, classique dans ses choix de vinification, Christophe Morand a, en une décennie, transformé le petit commerce de vin familial en une exploitation dynamique qui mérite le détour.

«Quand j’étais enfant, la vigne était plus une corvée qu’un plaisir. Il fallait passer quatre mercredi après-midi à travailler pour avoir le droit d’aller une fois à la piscine. C’est en apprenant à faire du vin que ma manière de voir les choses a évolué», explique Christophe Morand. «Mon grand-père a créé la cave, mon père l’a ensuite rejoint, mais c’était une activité accessoire pour eux. Je suis le premier de la famille à en avoir fait ma profession», poursuit ce natif de Saint-Léonard, qui a pris les rênes du domaine à l’âge de 23 ans.

«J’ai vinifié mon premier millésime en 2007. Bien que nous soyons associés, mon père m’a très vite laisser faire.» Après dix ans d’activité, la Cave de la Brunière s’est agrandie pour entrer dans une période de grands travaux. «J’ai pu reprendre petit à petit des vignes en location. Aujourd’hui, nous travaillons une dizaine d’hectares. Mais surtout, nous allons refaire les locaux destinés à la vinification ainsi qu’au stockage et créer un espace de dégustation. Les deux années qui viennent vont être bien occupées», confie le jeune vigneron, qui s’est fait connaître par son esprit d’initiative. Au début de cet hiver, Christophe Morand a installé une patinoire artificielle à côté de sa cave.

«Nous avons proposé des activités qui mélangeaient sports de glace et visite de cave. Le succès a été au rendez-vous et le budget est équivalent à celui que je mettais pour une manifestation comme Arvinis», précise ce finaliste du premier Prix Suisse de l’Œnotourisme qui entend bien renouveler, l’an prochain, les accords vins et patinage. Dans ses nouveaux locaux, cet entrepreneur propose une sélection assez classique. «Je suis un grand amateur de Chasselas. C’est le vin par excellence, celui qu’on boit entre amis», explique ce producteur, qui propose trois Fendant, dont deux Grands Crus, l’un de Sion, l’autre de Saint-Léonard. Viennent ensuite un Pinot, lui aussi Grand Cru, du Gamay en quantités importantes et des spécialités comme la Petite Arvine, le Païen, la Syrah et l’Humagne Rouge. Pourtant, le jeune producteur sait aussi se faire remarquer avec des cuvées plus atypiques. Son Merlot s’est classé au sommet (sur près de 120 vins) de la dégustation organisée dans l’édition de mars de VINUM et son Muscat, présenté ci-après, mérite vraiment le détour.

Comme tous les blancs, Fendant compris, il est vinifié sans fermentation malolactique, ce qui lui confère de la fraîcheur. Il est aussi régulièrement bâtonné, ce qui lui donne du volume. Deux qualités qui expliquent les nombreuses médailles remportées par la cave, aussi bien dans les Sélections des Vins du Valais que dans des compétitions internationales.

Cave de la Brunière
Rue du Stand 18
1958 Saint-Léonard
Tél. +41 79 773 03 30
www.bruniere.ch

Abonnement + magazine

Poursuivre la lecture?

Commandez un abonnement à Vinum.
En tant qu’abonné(e) à Vinum, vous bénéficiez de nombreux avantages exclusifs

Vous êtes abonné(e)?

Retour à l'aperçu

Willkommen bei VINUM

Bitte wählen Sie:

CH DE FR