Dézaley et Yvorne

Grands Chasselas de méditation

Dégustation: France Massy, Yves Paquier et Alexandre Truffer, texte: Alexandre Truffer

La Fête des Vignerons 2019 va mettre en bouteille deux Chasselas de prestige: un Dézaley et un Yvorne. Nous avons voulu voir si ces appellations méritaient leur renommée en dégustant des blancs affichant entre quatre et quatorze ans de garde. Verdict plus que concluant: les pépites sont nombreuses et plusieurs d’entre elles sont encore disponibles à la vente.

Comment marquer le coup pour la Fête des Vignerons? C’est la question qu’il a fallu se poser au moment de réfléchir à la structure de cette édition. Une fois éliminés les portraits des participants (vus et revus) ainsi que les interviews des organisateurs (déjà réalisés en 2017), l’idée d’une dégustation s’est imposée. Comme cette manifestation a décidé de proposer deux cuvées de prestige qui seront commercialisées pour un prix avoisinant les cinquante francs la bouteille, nous nous sommes demandé quel potentiel de garde présentaient les deux lieux de production choisis: Dézaley Grand Cru et Yvorne.

La réponse à cette question essentiellement rhétorique ne faisait pas grand doute. Nous avons relaté dans ce magazine suffisamment de dégustations d’anciens millésimes de Chasselas pour savoir que ce blanc lémanique défie formidablement bien le temps. Nous en avons eu la confirmation avec ce guide qui démontre, encore une fois, que beaucoup de grands vins blancs vaudois sont bus alors qu’ils ne présentent encore qu’une pâle image de leur vrai visage. La dégustation a cependant montré que de plus en plus de producteurs sont suffisamment conscients de la valeur de ces cuvées de garde pour proposer à leur clientèle des vins âgés de cinq, dix ou vingt ans. L’autre enseignement de cette dégustation réside dans l’appréciation que les producteurs ont fait de la décennie concernée. Ils pouvaient présenter un millésime de leur choix compris entre 2015 et 2005. Deux années, 2015 et 2009, ont été largement privilégiées, tandis que 2013 et 2006 n’ont jamais été choisies. Ce qui en dit plus long que n’importe quel avis d’expert sur la qualité et le potentiel des millésimes cités.


Dézaley Grand Cru et Yvorne 1999

Un petit air de Fête

Dégustation: France Massy, Régis Colombo, Yves Paquier, Claude-Alain Mayor et Alexandre Truffer texte: Alexandre Truffer

En hommage à la Fête des Vignerons 2019, nous avons demandé aux vignerons de Dézaley et d’Yvorne de fouiller dans leurs archives pour voir s’ils avaient encore des vins de la dernière Fête du 20e siècle.

La Baronnie du Dézaley, qui redéguste ses anciens millésimes pour leur attribuer une cotation, a donné trois étoiles sur cinq au millésime 1999. Soit la même note que 1996 ou 2003. Ce qui est supérieur à 2001, 2002 et 2004 qui n’obtiennent que deux étoiles, mais inférieur à 1997, 1998, 2000 (quatre étoiles) ou 2005 (cinq étoiles). Cette association indique aussi que «L’année viticole fut marquée par un printemps et un été humides. D’abord froid puis doux tout le long de l’été. Finalement, un automne favorable permit une récolte dans de très bonnes conditions. Les crus qui en sont issus sont frais et mordants. Ils montrent des notes de fruits mûrs équilibrées par une acidité agréablement citronnée. La finale est discrète, marquant une belle typicité par de subtils caractères minéraux.» Dans notre dégustation, qui ne comprenait qu’une minorité de membres de la Baronnie, nous avons souvent relevé les fruits mûrs, la vivacité importante et les notes minérales de la finale.

Cependant, une frontière nette séparait deux types de vins. Je ne parle pas ici de la différence entre les Yvorne, très frais et tendus, et les Dézaley, plus charnus, plus mûrs et affichant ces notes amères caractéristiques, mais du clivage entre les crus fermés avec un bouchon de liège et ceux obturés avec une vis en aluminium. Les premiers se distinguaient par leur maturité, mais aussi par des notes tertiaires beaucoup plus marquées. Les seconds affichaient, la plupart du temps, une fraîcheur remarquable, des arômes élégants de fruits blancs, ainsi qu’une finesse impressionnante. Si chaque école recensait des grands vins, cette dégustation montre encore une fois que la capsule à vis est un système de fermeture contemporain qui sied magnifiquement aux Chasselas de garde tout en offrant une sécurité quasi parfaite.

Abonnement + magazine

Poursuivre la lecture?

Commandez un abonnement à Vinum.
En tant qu’abonné(e) à Vinum, vous bénéficiez de nombreux avantages exclusifs

Vous êtes abonné(e)?

Retour à l'aperçu

Willkommen bei VINUM

Bitte wählen Sie:

CH DE FR