Quel Prix pour les vins cultes?

Le goût de l’Argent

Photos: spixabay / skeeze, iStock / deepblue4you

Les vins les plus recherchés ont un point commun: leur coût! Mais le prix à lui seul rend-il un vin exceptionnel? Non, affirment les journalistes de VINUM, qui présentent les vins qu’ils considèrent comme cultes, des crus dont le prix n’a d’égal que la qualité… Reste à savoir, sur quelles bases la comparaison est établie: dans cet article, nous n’avons pas retenu les prix, souvent plus modiques, pratiqués à la propriété (toujours en rupture de stock), mais ceux du marché, c’est-à-dire la somme que doivent réellement débourser les amoureux de grandes cuvées pour mettre la main sur l’une de ces perles rares dans des commerces spécialisés ou lors de ventes aux enchères. Autre chose: la sélection suivante porte sur les millésimes actuels. Si les grands millésimes plus anciens avaient été inclus, les prix auraient atteint des sommets. De fait, les dix vins secs les plus chers au monde sont, à l’heure actuelle, tous originaires de Bourgogne, même Pétrus ou Screaming Eagle arrivent «loin derrière»…


Rolf Bichsel boit

Paradisiaque

CHÂTEAU PÉTRUS, POMEROL, BORDEAUX

La religion est une affaire personnelle. Le vin aussi. D’un point de vue historique du moins. J’avais un ami, un trader fantasque, qui s’est rendu en pèlerinage au berceau de son vin culte. Il s’est mis à genoux devant ce petit domaine jadis insignifiant, a levé les mains au ciel et a imploré le Seigneur de lui pardonner d’avoir cédé une partie de sa collection de Pétrus (notez que Petrus ou Saint-Pierre est le gardien de la porte menant au paradis) au plus offrant afin de pouvoir s’acheter une Ford T neuve de 1927 (l’homme collectionnait les Pétrus ET les voitures anciennes). Divine, la comédie. Pourtant les vrais dieux et les fausses idoles sont souvent difficiles à distinguer. J’ai acheté mon premier Pétrus dans un restaurant. Un 1977 pour 300 francs à peine dans un boui-boui moisi du nord de la France. Il en avait d’ailleurs le goût (de moisi, j’entends). Cela ne m’a pas empêché de monter au septième ciel. Plus tard, j’ai pu déguster de vrais grands Pétrus. 1961, 1982, 1985, 1990. Ils me font aujourd’hui penser à une cathédrale gothique.

 

Vins cultes en France 
1660: Le maître de chai du roi britannique Charles II découvre que 169 bouteilles de Haut-Brion se vendent au prix de 21 shillings et 4 pence, soit 10 à 20 fois plus qu’une même quantité de Claret. 1789: Paris augmente les droits de douane sur les vins. Un bouteille de Clos Vougeot coûte 60 sous hors taxes, le salaire mensuel d’un simple ouvrier. Une pinte (0,9 l) d’un vin classique coûte 3 sous. Tous deux sont impo-sés à hauteur de 9 sous, ce qui triple le prix du vin ordinaire. La Révolution française éclate. 1855: Le classement des meilleurs Bordeaux, fondé sur le prix, est publié. es Premiers Crus coûtent deux fois plus cher qu’un 5e cru. 2015: Lors d’une vente aux enchères de Christie’s à Hong Kong, le Richebourg 1985 de Henri Jayer atteint le prix record de 70 000 euros la bouteille et relègue le Romanée-Conti à la deuxième place des vins les plus chers du monde.

 


Christian Eder boit

Cher Barolo

BAROLO MONFORTINO, G. CONTERNO

J’ai décidé sans trop d’atermoiements de laisser de côté la Toscane, le Brunello et le Bolgheri. Le véritable vin culte italien est le Barolo Riserva Monfortino du domaine Giacomo Conterno à Monforte d’Alba, un Nebbiolo de garde mythique, élégant et sans concession, qui n’est produit que les meilleures années. Il est vinifié à partir de baies sélectionnées de la parcelle Cascina Francia à Serralunga d’Alba et élevé dans de grands fûts. Roberto Conterno perpétue ainsi une tradition qui a vu le jour il y a près d’un siècle. Le dernier Monfortino produit – le millésime 2010 – est épuisé depuis longtemps, tandis que le prochain, le souple 2013, est déjà en bouteille, mais ne sera pas commercialisé avant fin 2019. Le millésime 2014 fera partie des «très grands Monfortino» (Roberto Conterno): bien qu’il soit encore en plein vieillissement, il montre déjà la complexité et le caractère unique de ses prédécesseurs légendaires. Il devrait arriver sur le marché dans trois ans.

 

Vins cultes en Italie 
1924: Le domaine Giacomo Conterno in Monforte d’Alba produit le premier Monfortino (officiel). 1971: Le premier millésime du Tignanello d’Antinori lance la mode des super-toscans issus de cépages internationaux. La bouteille se vend à l’époque moins de 10 000 lires. 1985: Le Sassicaia de la Tenuta San Guido à Bolgheri est le premier vin italien à se voir décerner la note de 100 par Parker. Aujourd’hui, une bouteille de 1985 s’échange à 1600 euros. 2009: Le Masseto de la Tenuta dell’Ornellaia à Bolgheri est vendu sur la place de Bordeaux. 2016: Le Masseto obtient son domaine éponyme. Vendu à 700 euros, c’est le vin le plus cher de Toscane. 2018: Le Monfortino Riserva 2010 actuel coûte plus de 1000 euros, le vin le plus cher d’Italie pour un millésime actuel. Les 8000 bouteilles sont distribuées à des négociants triés sur le volet. 


André Dominé boit

Es mágico!

L’ERMITA, ÁLVARO PALACIOS, PRIORAT

Au nord du village viticole de Gratallops se dresse une colline escarpée, où trône l’ermitage Nuestra Señora de la Consolacíon. Ses coteaux abruptes schisteux ont été plantés en 1910 et en 1939 de Garnacha Tinta, d’un peu de Carinyena et de quelques ceps de Macabeu et de Garnacha Blanca. Mais son vin est resté dans l’ombre. Lorsqu’Álvaro Palacios, arrivé dans le Priorat en 1989, découvre pour la première fois cette parcelle de 1,1 hectare au nord-est, il comprend qu’il se trouve devant un grand cru. Il en fait l’acquisition en 1993 et le baptise L’Ermità, avant de commercialiser en 1995 – avec force de conviction – le vin le plus cher d’Espagne. Il n’a depuis lors reculé devant aucun sacrifice pour rendre justice à ce grand terroir. Il est cultivé à la main et avec des mulets selon les règles de la biodynamie. Seules des baies parfaites arrivent dans les cuves en bois. Après quatre mois de fermentation malolactique dans des demi-muids, la majeure partie du vin est élevée en foudre de 1100 litres.

 

 

Vins cultes d’Ibérie 
1910: Douze bouteilles de Porto Vintage 1896 de Taylor coûtent à Londres 56 shillings, soit 58,50 euros aujourd’hui, le quintuple du salaire hebdomadaire d’une tisserande à l’époque. 1925: Txomin Garramola sort le premier Vega Sicilia Unico Gran Reserva 1915 après dix ans d’élevage; il reste jusqu’en 1995 le vin le plus cher d’Espagne (env. 70 euros). 1995: Convaincu de son Priorat L’Ermita 1993, Álvaro Palacios le met en vente à 100 euros, c’est un succès. 1996: La spéculation fait grimper le prix du premier Pingus 1995 de Peter Sisseck, commercialisé en primeur à plus de 200 euros, un record. 2010: Les frères Eguren présentent leur Toro Teso La Monja 2008, qui devient la bouteille de vin espagnol la plus chère à environ 1000 euros. 2012: Le Porto Ne Oublie de Graham, vinifié par Andrew James Symington en 1882 et mis en bouteille 130 an-nées plus tard, se vend à 5000 euros environ. 


Thomas Vaterlaus boit

Un beau Bello!

MONTE BELLO, RIDGE, SANTA CRUZ MTNS

Si la Californie, et notamment la Napa Valley, propose des centaines de vins prisés à plus de 200 dollars, le Monte Bello reste unique en son genre. Un vin, qui fait chaud au cœur, un vin reconnaissable entre mille lors d’une dégustation à l’aveugle… Le millésime 1977 (11,7°) bénéficie d’une longévité et d’un équilibre parfaits. Le terroir où poussent les vieilles vignes est à l’image du vin: unique. Plantés à 800 mètres au-dessus du Pacifique proche, les ceps surplombent une vallée sauvage intacte, la faille de San Andreas, connue pour ses séismes récurrents, qui dictent le destin de la région. Bien que ce terroir soit inimitable, ce classique, plus subtil désormais que de nombreux Bordeaux, est l’œuvre d’un homme: Paul Draper, âgé de 82 ans, un visionnaire de la viticulture californienne d’une grande humilité. Et, oui, il a élevé son Monte Bello dans des fûts de chêne américain neufs, mais sans torréfaction, tandis que tous les autres ne juraient que par le chêne français.

 

Vins cultes en Amérique 
1984: Baron Rothschild et Robert Mondavi présentent le premier Opus One (millésime 1979) pour 50 dollars US. Un prix astronomique pour l’époque. 1990: Nicolás Catena Zapata sélectionne pour la première fois du Cabernet des vignobles d’Agrelo et le commercialise sous le nom d’Estiba Reservada, le vin de collection d’Amérique du Sud le plus cher aujourd’hui. 1995: Le Screaming Eagle 1992 bat tous les records. Proposé au début à 75 dollars au domaine, il atteint très vite les 1500 dollars. Les prix des Harlan, Colgin & Co. explosent aussi. 1995: Le projet Seña d’Eduard Chadwick et de Robert Mondavi au Chili ouvre la voie à de nouveaux vins cultes. Concha y Toro et Baron Philippe de Rothschild leur emboîtent le pas avec l’Almaviva. 2012: Le Sauvignon Blanc 2010 de Screaming Eagle atteint la somme démentielle de 4000 euros: culte, culture ou décadence?


 Carsten Henn boit

Déesse du sud

HILL OF GRACE, HENSCHKE, EDEN VALLEY

Je n’oublierai jamais cet instant où Stephen Henschke m’a servi un verre du mythique Hill of Grace. A l’époque, à la fin des années 1990, j’étudiais la viticulture au Roseworthy Campus à Adélaïde. Ce vin doit son nom à l’église allemande de Gnadenberg, qui surplombe le vignoble. Comme je venais de voir l’incomparable Grace Kelly dans «Haute Société», où elle incarnait l’élégance d’une danseuse étoile pleine de joie de vivre, j’ai pensé à cette grande artiste en goûtant ce vin. Et je la revois aujourd’hui encore, lorsque j’ai la chance de déguster ce vin aussi légendaire que rare et cher. Le Hill of Grace est le pendant du Grange de Penfolds, un assemblage issu de plusieurs régions, vinifié à la perfection. La Lamborghini des vins. Les premiers ceps du vignobles de Hill of Grace ont été plantés dès 1860. Un siècle plus tard, en 1958, le premier Shiraz issu de parcelles sélectionnées est créé à partir de vignes centenaires non greffées. Impossible de faire plus authentique.

 

Vins cultes d’Australie et d’Afrique du Sud 
1951: La cave australienne Penfolds présente son premier Grange. Le succès n’est pas au rendez-vous, mais c’est aujourd’hui le vin le plus cher du continent, suivi par le Hill of Grace, le Torbreck The Laird et le Chris Ringlands Dry Grown Shiraz. 1958, Australie: Cyril Henschke produit le premier Hill of Grace. 1958: premier millésime des Stonyridge Vineyards (Waiheke, Nouvelle-Zélande). L’assemblage bordelais Larose de 1987 fait figure de plus grand vin rouge du pays. 1996: premier millésime de l’Abraham Perold Op die Berg de KWV en Afrique du Sud, qui tente de s’imposer comme un vin culte sud-africain. Le projet échoue: le vin est toujours produit, mais à un prix beaucoup plus raisonnable. 2010: premier millésime du «G» de Waldweben. Le vin le plus cher d’Afrique du Sud à l’heure actuelle qui prétend être le «First Growth of the Cape».


Ursula Geiger boit

Le temps déifié

COMPLETER, GIANI BONER, MALANS

Ses vins gorgés de soleil issus de cet ancien cépage grison traditionnel macèrent jusqu’à un an dans des fûts dont la température évolue en fonction de celle de la cave. «Ils pourraient ensuite vieillir une éternité ou presque», explique Giani Boner. Il faut comprendre qu’ici, rien n’est forcé. On laisse le silence et le temps faire leur œuvre. C’était il y a 18 ans, à l’ère de la technique et du contrôle. Au moment de partir, Giani Boner m’a remis deux bouteilles de 1989, le millésime en vente à l’époque. J’ai bu la première sur le champ. La seconde onze ans plus tard: le vin était vif et doté d’arômes complexes. Un collègue m’a demandé récemment: «C’est toi qui aimes le Completer de Boner? J’ai déniché une bouteille de 1988. Passe donc à la maison.» C’était comme Noël et Pâques réunis. Il va sans dire que j’ai apporté ma seule bouteille de 1987, car le bonheur, devrait toujours se partager.

 

Vins cultes au centre de l’Europe 
1845: La Reine Victoria visite en août les vignobles de Riesling à Hochheim dans la région du Rheingau. Sa majesté anglaise aime le Hock par dessus tout. 1998: F.X. Pichler élève son premier Unendlich. Ce Riesling  de catégorie Smaragd est disponible à doses homéopathiques. 2000: Dans le Burgenland, cinq amis forment les Wild Boys. Un scorpion rouge orne les bouteilles de leur Club Bâtonnage. 2001: Klaus Peter Keller assemble pour la première fois le G-Max à partir des meilleures grappes de Riesling de différentes parcelles. 2011: premier millésime d’Electus. La cuvée rouge valaisanne était censée écrire l’histoire et devenir le premier vin suisse culte. 2015: Un lot de Scharzhofberger Riesling Trockenbeerenauslese 2003 d’Egon Müller est adjugé à tout juste 15 000 euros la bouteille de 0,75 litre.

Abonnement + magazine

Poursuivre la lecture?

Commandez un abonnement à Vinum.
En tant qu’abonné(e) à Vinum, vous bénéficiez de nombreux avantages exclusifs

Vous êtes abonné(e)?

Retour à l'aperçu

Willkommen bei VINUM

Bitte wählen Sie:

CH DE FR